Toggle menu
Close article

Rivière Saint-Etienne à la Réunion

La Réunion, 25 février 2007, 7 h 30. L’une des neuf piles du pont de la rivière Saint-Étienne cède sous la pression des flots déchaînés par le cyclone Gamède. L’ouvrage s’effondre comme un château de cartes. Le calme revenu, une voie est installée dans le lit de la rivière pour rétablir la circulation.

Résister aux crues et pluies torrentielles
Remplaçant l’ancien ouvrage, le pont sur la rivière Saint-Étienne est conçu pour résister aux crues et aux pluies torrentielles de l’île et accueillir un trafic quotidien de près de 60 000 véhicules. Ses huit piles sont habillées d’un parement au motif de « canne à sucre ».

Préserver la biodiversité
Les travaux, d’un montant de 95 millions d’euros, ont été confiés par le conseil régional de La Réunion à un groupement d’entreprises de VINCI Construction. Dodin Campenon Bernard, Botte Fondations et SBTPC ont ainsi associé leurs compétences pour la réalisation des fondations, du génie civil et des aménagements de l’ouvrage. Des mesures spécifiques ont été prises pour préserver la biodiversité tout au long du chantier.

Garantir la sécurité maximale
Autre objectif : garantir une sécurité maximale. Il faut dire que, lors de la crue centennale, le débit de la rivière peut atteindre 6 000 m3/s, contre 5 m3/s en temps normal. Constitué de deux parties, l’une rectiligne, l’autre en courbe, le nouvel ouvrage mesure 694,50 mètres de long et 34,19 mètres de large, avec quatre voies de circulation et deux bandes d’arrêt d’urgence. Il comprend sept travées de 82 mètres et deux travées de rive de 60,25 mètres.