Toggle menu
Close article

La tour La Marseillaise, projet exemplaire de la nouvelle façade maritime de la cité phocéenne

19 novembre 2018

Nouvel acte de la skyline de la ville de Marseille et de la façade maritime de la cité phocéenne, La Marseillaise - développée par le promoteur Constructa et dessinée par l’architecte Jean Nouvel - marque le deuxième acte du grand projet de réhabilitation des Quais d’Arenc. Haute de 135 mètres, La Marseillaise comprend 35 000 m² de bureaux répartis sur 31 niveaux. Elle accueille également un restaurant interentreprise, une crèche de 26 berceaux ainsi que cinq commerces en pied d’immeuble.

Avec la réalisation de la tour La Marseillaise, VINCI Construction France – au travers de ses filiales marseillaises GTM Sud et Travaux du Midi - confirme son expertise dans la réalisation d’IGH et de projets d’envergure aux performances techniques de pointe, dans des sites urbains denses. Une prouesse technique dans un environnement contraint. Construite en bord de mer sur un sol particulièrement rocheux, exposée aux vents marins et bordée par une voie ferrée et une autoroute urbaine, la tour La Marseillaise est une réalisation technique et innovante.

Un chantier exemplaire en termes environnemental et social

Le chantier a respecté les dix critères du label Attitude Environnement, l’éco-engagement de VINCI Construction France pour bâtir de manière responsable. Ainsi, une attention particulière a été apportée au traitement des déchets, de l’eau et de l’électricité. A titre d’exemple, les équipes ont mis en place un suivi rigoureux du tri sélectif qui a permis d’atteindre 96 % de valorisation des déchets (versus le taux exigé de 80 %). En termes de performance énergétique, le projet est conforme à la réglementation thermique 2012 améliorée de 10 % ; et en visant les certifications environnementales NF HQE® Niveau excellent et LEED® Gold, la tour affiche les plus hauts standards du moment. La conduite des travaux s’est en outre inscrite dans une démarche d’insertion ambitieuse, avec plus de 52 600 heures d’insertion et 42 embauches au total au lieu des 8 700 heures et 29 embauches prévues initialement. Le projet aura mobilisé au total plus de 600 compagnons au plus fort de l’activité du chantier.